Le sud-est de Kyoto

 

Bonne adresse

Vermillion

On débute par la journée par ce minuscule café, antenne du café Vermillion ( nommé ainsi d’après les fameux torii vermillons ! ) situé juste en face de l’entrée du sanctuaire d’Inari. Deux places en terrasse sous le soleil matinal parfait pour déguster un bol de fruits frais et de céréales ainsi qu’un toast à l’avocat !

 

 

 

 

 

Sanctuaire

Fushimi Inari Taisha

C’est la visite qu’on attendait et qu’on redoutait à la fois, celle du sanctuaire de Fushimi Inari Taisha. C’est le plus grand sanctuaire shinto du Japon, érigé en 711 et dédié à Inari, la déesse du riz, représentée sous la forme d’un renard. Des milliers de portiques oranges appelés Torii se dressent le long de la montagne pour une randonnée pédestre jusqu’au sommet de celle-ci. L’endroit est un immanquable de Kyoto, il est donc littéralement pris d’assaut. Nous commençons donc la balade au pied du mont où se trouvent plusieurs jolis temples avant de bifurquer vers un sentier plus connu et tranquille…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bambouseraie

La bambouseraie cachée de Fushimi Inari

Depuis le début de notre séjour on cherchait à trouver une autre bambouseraie que celle d’Arashiyama. Vu le nombre de montagnes et de monts entourant la ville, ça devait forcément exister. On a pas eu à fouiller très longtemps sur internet pour tomber sur cet itinéraire alternatif nous faisant à la fois éviter la foule qui se presse au début du parcours et traverser une grandiose bambouseraie d’un calme absolu. Le secret réside en celui-ci : débutez la balade classique pour monter au sommet du sanctuaire en vous engouffrant sous les premiers torii puis très vite au bout d’une vingtaine de mètres, repérez un sentier dallé qui s’éloigne sur votre droite à l’extérieur des torii. Empruntez ce sentier et en quelques minutes vous vous retrouvez entouré de bambous, presque seuls au monde. De part et d’autre du chemin on tombe sur quelques petits sanctuaires dédiés à Inari, à moitié en ruine.

 

 

 

 

 

 

 

Le chemin fini par déboucher sur cet ensemble de sanctuaires plus important où nous croisons plusieurs japonais en train de prier. L’endroit est calme et propice au recueillement. Quelques chats errants se faufilent entre les portiques et statuettes à l’effigie du fameux renard.

 

 

On continue la balade, on retraverse une forêt de bambous puis on tombe sur une petite cascade cachée en contre-bas du sentier, un atelier d’un sculpteur sur bois ainsi qu’un autre sanctuaire au pied de la dite cascade.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le circuit alternatif se termine par une ascension dans la forêt un peu costaud avant de déboucher sur les fameux torii et de récupérer l’itinéraire classique jusqu’au sanctuaire au sommet du mont.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *