Des astres

 

 

 

La place, de la simplicité.

La place, de la simplicité.

La place, de la simplicité.

Répétez-le dix fois.

J’ai toujours aimé la façon avec laquelle les mots se répondent.

La façon qu’ont certaines sonorités de raisonner entre elles lorsque confrontées.

C’est beau.

C’est beau, la façon dont deux mots en créent d’autres.

Je suis bloquée sur : Des astres.

Putain c’est beau « des astres ».

Il y a bien évidemment un double sens au truc.

Je me le répète des dizaines de fois dans ma tête.

Des astres.

Des astres.

Des astres.

J’ai envie de l’écrire partout.

C’est beau et ça m’évoque tout un paysage, un ciel sombre et étoilé, des cartes anciennes détaillées, des constellations ( sur nos peaux ), des animaux célestes, quelque chose d’alambiqué, d’un peu mystique, mystérieux, un air de mystère, deux mots comme une incantation, une amulette de sonorités à porter sur soi en permanence.

Un air de mystère.

Des astres.

L’astragale ( rien à voir ) ( beauté aussi ).

Ciel.

Oh ciel.

Oh ciel.

Et les nuits. Toujours au pluriel.

Les mots comme une constellation.

.

Tout ça pour dire qu’il n’y a plus de place pour la simplicité.

Et que j’en suis navrée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zeen Social Icons