Lanzarote : Le nord

Tout est parti d’un documentaire sur l’oeuvre de César Manrique, artiste fantasque, originaire d’une petite île volcanique de l’archipel des Canaries sur laquelle il a laissé libre court à son imagination. Le choc esthétique est complet : murs blancs immaculés, paysages de lave d’un noir intense, lagunes azur, le tout entouré d’une nature aride et sauvage.

Lanzarote c’est ça, un gros cailloux volcanique à l’ambiance du bout du monde, enfin si l’ont sait choisir son point de chute et son itinéraire. La côte nord ouest de l’île, tournée vers la petite île de la Graciosa et coincée par les falaises de la Famara, est brute et hostile, continuellement balayée par de vents forts et léchée par une mer déchainée. C’est là qu’on a échoué en plein novembre. Plus embêtés que bercés par la furie de la mer ( ça fait du bruit une mer déchainée la nuit, beaucoup de bruit ). Un automne à Lanzarote, dans un hameau face à la mer, à arpenter des paysages lunaires faits de cailloux de toutes les couleurs et d’une végétation surprenante.

 

Lanzarote, partie 1 :
Le nord de l’île.

 

 

 

 

Manrique à épines

Jardin de Cactus

 

 

 

Ambiance bout du monde et plastique échoué

Le village d’Orzola
et la Playa de la Canteria

 

 

 

 

 

 

Manrique fantasque et crabes blancs endémiques

Jameos Del Agua

 

Scenic road

LZ-202

 

 

 

La vallée aux mille palmiers

Haria
et la Maison de César Manrique

 

 

 

 

Au bord de la route, d’étranges formations rocheuses

Ghost city

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une journée au paradis

La Graciosa

  1. J’aurai tellement voulu pouvoir prendre un bateau et aller jusqu’à Graciosa, mais le temps nous a cruellement manqué (bien que nous y étions une semaine 🙂
    En tout cas, gros coup de cœur pour nous, une île surprenante et dépaysante !

    ps : trop mignon ton sac à carreau <3

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zeen Social Icons