Ma petite jungle

 

 

On me demandait récemment en commentaire de parler de mes plantes et de comment je m’en occupe. J’avoue n’avoir absolument aucune connaissances en ce domaine mais il se trouve que ces dernières semaines j’ai commencé à m’intéresser au bouturage et j’ai réalisé pour ce faire pas mal de recherches à ce sujet. L’occasion de vous présenter mes quelques notes et conclusions.

Pour commencer, je n’ai pas toujours eu la main verte. J’ai commencé à acheter des plantes lors de mon emménagement à Paris, dans le 11ème arrondissement, il y a un peu plus de 4 ans désormais. Au fil des ans, j’en ai malheureusement laissé mourrir certaines, d’autres se sont maintenues en vie jusqu’ici et entre temps je n’ai fait qu’étoffer ma collection. J’ai appris à m’occuper de mes plantes sur le tas, en les observant, et en ne reproduisant pas mes nombreuses erreurs de débutante ( trop d’arrosage = mort certaine ).

Alors, par ordre d’ancienneté et en ce qui concerne uniquement mes plantes d’intérieur ( parce qu’en fait il y en a d’autres sur mes balcons, mais ceci est une autre histoire ), nous avons donc :

 

.

Schefflera

C’est LA survivante de toutes mes plantes d’intérieur, celle qui a résisté à tout et surtout à mes premières erreurs. Plus de 4 ans de cohabitation. C’est donc la plante que je vous conseillerais si vous cherchez une plante robuste, facile d’entretient et qui survit très bien aux oublis d’arrosage.

Exposition : ensoleillé à peu ensoleillé. Le Schefflera est bon client.

Besoin en eau : Moyen. L’arroser lorsque le terreau est sec sur le dessus. Il survit cependant très bien aux oublis d’arrosage.

Multiplication : À la fin de l’été, bouturez votre Schefflera en coupant l’extrémité d’une ou plusieurs tiges, sur 10 à 15 centimètres de longueur. Après avoir supprimé les feuilles de la base, placez vos boutures dans un verre d’eau, dans un emplacement chaud et bien éclairé.

À noter que : Il faut « pincer » la tige de la plante pour qu’elle se ramifie, chose que j’ai découvert que très récemment d’où son feuillage très mal réparti.

.

Caoutchouc ou Ficus Elastica

Il provient de chez Truffaut et est placé dans un endroit semi-ombragé de mon appartement. Il pousse doucement et m’a fait une dizaine de feuilles au total en presque 3 ans.

Exposition : ensoleillé mais sans soleil direct. Plus la plante sera dans un environnement lumineux plus vite elle grandira.

Besoin en eau : Arroser lorsque la terreau est sec sur le dessus. Utiliser de l’engrais toutes les deux semaines au printemps et en été.

.

Succulent

La dernière survivante de mes succulentes ( qui ont pris la pluie sur mon balcon à l’automne ). Elle pousse doucement en hauteur. Les feuilles du bas tombent au fur et à mesure que de nouvelles apparaissent sur le dessus.

Exposition : ensoleillé. Plus votre succulent est colorée ( pourpre, rose, rouge ), plus elle aime le soleil direct. Attention aux brûlures dues au soleil fort en été.

Besoin en eau : Faible. Il est préférable de l’arroser moins souvent que trop souvent.

Multiplication : Tirer doucement sur une « feuille » de la tige pour qu’elle se détache ( ne pas couper la feuille ). Laisser la feuille reposer à plat quelques jours sur un peu de terre dans une assiette pour la faire dessécher. Suite à cela, arroser un petit peu la feuille et la terre lorsque celle ci est sèche. Placer la feuille dans un endroit ensoleillé mais à l’abri du soleil direct. Après quelque semaines de petites racines blanches ou roses devraient apparaitre et une nouvelle plante commencer à grandir à partir de la partie arrachée de la feuille. Lorsque le racines mesurent environ 1 cm, on peut planter la feuille et l’arroser.

En phase d’expérimentation.

.

Monstera

Une bouture offerte par mon amie Déborah de sa monstera à la croissance exponentielle. La mienne pousse lentement, au rythme de 2 feuilles par an au printemps et en été. Je n’arrive pas à trouver LE truc pour qu’elle soit vraiment bien je crois.

Exposition : ensoleillé à semi ensoleillé.

Besoin en eau : Moyen. Vaporiser de l’eau sur ses feuilles pour reproduire le climat humide qu’elle apprécie. Lui apporter de l’engrais au printemps.

.

Stromanthe

Gros coup de coeur pour cette plante, ses jolies couleurs et les motifs de ses feuilles. On la trouve souvent appelée sous les noms de Calathea ou de Maranta à tordUn peu capricieuse parait-il, on cohabite ensemble depuis plus d’un an sans problème. Elle aime la lumière mais pas le soleil direct. Je l’ai bouturée par division de rhizomes très récemment.

Exposition :  Semi-ensoleillé. Pas de soleil direct !

Besoin en eau : Moyen. Vaporiser le feuillage régulièrement. Elle a besoin de chaleur et d’humidité. Lui apporter de l’engrais régulièrement de février à octobre.

Multiplication : La multiplication se fait par division de touffes au début du printemps. Prélevez un ou plusieurs morceaux de rhizome comportant au minimum 3 feuilles puis les empoter dans un terreau identique à celui de la plante mère en enterrant bien les racines. Placer ces nouveaux plants dans un endroit ombragé et chaud. Vaporiser le feuillage chaque jour et arroser modérément.

.

Pothos ou Lierre du diable

Exposition : ensoleillé mais pas de soleil direct. L’idéal est de la suspendre prête d’une fenêtre.

Besoin en eau : Moyen. Lui apporter de l’engrais tous les 2 mois au printemps et en été.

Multiplication : Couper la bouture à l’extrémité d’une tige, sous un noeud. Laisser sur la bouture 2 ou 3 feuilles ( pas d’avantage ). Mettre la bouture en terre dans un terreau spécial bouture et la recouvrir d’un film plastique pour créer un environnement humide. Maintenir le pot dans un endroit lumineux mais sans soleil direct. Jusqu’à son enracinement l’arrosage doit être régulier.

Personnellement j’ai choisi de bouturer mon pothos dans un verre d’eau. J’attends que de nouvelles racines apparaissent pour le mettre en terre.

.

Yucca

Exposition : Ensoleillé. 

Besoin en eau :  Moyen. Vaporiser le feuillage et arroser régulièrement.

Multiplication : Prélevez un rejet comprenant au moins 4 feuilles sur le tronc avec un greffoir bien aiguisé. Planter la bouture en enterrant la base des feuilles, puis la placer au chaud et arroser pour maintenir le terreau humide.

.

Bananier

Il y a un an j’ai eu une illumination : il me fallait un bananier ! J’ai fait plusieurs magasins avant qu’on me conseille d’aller voir chez Mama Petula, chez qui j’ai pu commander celui-ci. Bon à la base je le voulais grand, ou du moins qu’il devienne grand, j’aime les énormes feuilles des bananiers, leur côté élancé. Je me suis longtemps posé des questions au sujet du mien parce que celui-ci ne grandit pas beaucoup. Il possède un beau feuillage touffu mais ne pousse pas en hauteur. Après de nombreuses recherches je pense qu’il s’agit en réalité d’un Bananier dwarf cavendish ( nain ), dont le « tronc » est naturellement petit. C’est une plante qui aime la chaleur et l’humidité, attention cependant à ne pas trop l’arroser, le mien a faillit mourir d’un trop plein d’eau.

Exposition : ensoleillé mais sans soleil direct.

Besoin en eau : Arroser régulièrement ( lorsque le terreau est sec en surface ). Vaporiser le feuillage pour recréer un environnement humide.

.

Piléa peperomioides

On m’a offert mon premier Piléa pour mon anniversaire en août dernier. Il avait déjà à ses pieds quelques rejets et continue d’en produire à la vitesse grand V. C’est la plante à partir de laquelle j’ai commencé à m’intéresser à la bouture tant il est facile d’en réaliser pour cette dernière. Je ne compte plus depuis le nombre de rejets que j’ai fait à partir de ma première plante et que je refile à toutes mes copines.

Exposition : ensoleillé à semi ensoleillé. Dans un endroit avec peu de lumière ses feuilles vont devenir plus grosses.

Besoin en eau : Arroser régulièrement. Lui apporter de l’engrais durant l’été.

Multiplication : Le pilea se bouture très facilement et produit beaucoup de petits rejets. Il suffit d’arracher un rejet à la base de la plante en tirant doucement dessus. Laisser la bouture reposer dans un fond d’eau quelques jours jusqu’à voir aparaitre de petites racines blanches à sa base. À partir de là vous pouvez mettre la bouture en terre.

.

Davallia

À l’automne on m’a offert une fougère Davallia ou fougère « pattes de lapins » ou encore « araignée ». Elle a particularité d’avoir des rhizomes recouvertes d’un duvet lui donnant l’aspect d’une mygale rampante ( un peu flippant ).

Exposition : ensoleillé mais sans soleil direct.

Besoin en eau : Moyen. Vaporiser le feuillage.

Multiplication : Au printemps prélever avec un sécateur ou un couteau une portion de rhizome de 5 a 10cm avec une ou deux frondes ( feuilles de la fougère ) et la replanter dans du terreau et en le maintenant légèrement humide. Enfermer la nouvelle plante dans un sac plastique transparent et la maintenir au chaud.

.

Oxalis

Il provient de chez Welcome Bio Bazar ( qui a un corner tenu par Mama Petula ). Gros coup de coeur pour cette plante gracieuse dont les feuilles violettes se replient chaque nuit et s’ouvrent chaque matin pour profiter du soleil.

Exposition : ensoleillé mais pas de soleil direct en pleine journée. Le soleil du matin ou de la fin de journée est idéal.

Besoin en eau : Beaucoup. Arroser quand le dessus de la terre est sec. L’été lui apporter de l’engrais une fois par mois.

À noter que : J’ai acheté le mien à l’automne dernier. Pendant tout l’hiver j’ai vu ses feuilles tomber et ma plante dépérir, j’ai pensé longtemps l’avoir achevé par je ne sais quel mauvais traitement. En réalité, l’Oxalis hiberne pendant l’hiver et de jeunes poussent renaissent au printemps. Depuis deux semaines, j’observe ainsi chaque jour de nouvelles feuilles pousser et se réveiller de leur période de sommeil.

.

Papyrus

Une bouture ramenée du Portugal ( « volé » dans un parc, c’est mal, je sais ). Notre petite bouture a donc : pris le train de Lisbonne à Porto, puis la voiture pour faire une escapade dans le Douro, l’avion ( on a failli l’oublier sur un siège à l’aéroport ), puis le RER, avant d’arriver ici et de commencer enfin à pousser de façon significative.

Il faut dire que j’avais développé une certaine obsession pour les papyrus déjà au Portugal en septembre dernier. Notre airbnb à Tavira en Algarve en avait une sublime plantation dans son patio. Depuis je m’étais fait un point d’honneur à posséder un papyrus chez moi.

Exposition : ensoleillé mais sans soleil direct.

Besoin en eau : Beaucoup. Le papyrus est une plante marécageuse, il est fondamental à veiller qu’il ne manque pas d’eau.

Multiplication : Couper une tige adulte en bon état, ne garder que les 10 derniers centimètres près des feuilles de la tige. Couper les feuilles au 2/3 de chacune ( laisser environ 2cm de feuille ). Immerger la bouture, tête en bas dans un pot transparent rempli d’eau. Placer le pot dans un endroit ensoleillé. Des racines devraient apparaitre au bout de 3 semaines.

.

Sanseveria

La petite dernière qui provient de chez Plantes & Moi.

Exposition : ensoleillé à semi ensoleillé ( elle survit bien loin d’une source de lumière mais elle risque cependant de perdre ses belles couleurs ).

Eau : Peu.

Multiplication : La Sanseveria se bouture à partir d’une feuille pendant une courte période : de la fin du printemps au début de l’été ( avril – mai ). Prenez une tige entière et saine et la couper à la base. Découper cette tige horizontalement en portion entre 5 et 7 cm ( attention à ne pas perdre le sens, pour ce faire faites une entaille pour le bas ) et les laisser sécher 1 jour avant de planter les tronçons dans du terreau de bouturage dans une mini serre ( ou recouvert d’un sac transparent ) à l’abri du soleil direct. De nouvelles feuilles devraient pousser environ un mois après. À partir de là il est possible de rempoter la petite plante dans un autre pot.


.-

À noter que : je ne suis pas une spécialiste en plantes, et je ne prétend aucunement avoir une science particulière dans le domaine et j’espère je pas raconter trop de bêtises. Ici n’apparaissent que mes propres notes et conclusions. Il est important de varier les arrosages en fonction des saisons et de la température de la pièce dans laquelle se trouvent vos plantes. Personnellement j’y vais surtout au feeling en observant ces dernières et l’état de leur terreau, très peu d’eau en hiver, beaucoup en été ( mon appartement se trouvant sous les toits devenant rapidement une fournaise ). De mes propres conclusions il est toujours préférable d’arroser moins que d’arroser trop.

En ce moment je tente également diverses expérimentations sur lesquelles je reviendrais un peu plus tard : faire germer / repousser mes restes alimentaires ( noyau d’avocat, pépins de citrons, oignon germé, couronne d’ananas… ) et bouturer plusieurs de mes plantes d’ici quelques semaines pour profiter de la reprise du printemps.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *