Novembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’automne.

Il y a des gens qui dorment dans des dizaines de tentes en bas de chez toi. Tu passes devant matin, midi et soir. Ça te crève le coeur et tu ne fais rien.
Et puis, comme il y a de plus en plus de tentes et de moins en moins d’espace pour traverser la rue, alors il y a des gens avec des caméras et des micros qui viennent s’agglutiner là, pour parler des gens qui dorment dans les tentes de plus en plus nombreux en bas de chez toi.

Et tu reprends tes habitudes de rentrées : Boomerang le matin, Marie la nuit, l’après-midi.

Tu te demandes sans cesse pourquoi parmi tes propositions graphiques ton client choisi toujours celle que tu aimes le moins?

Et puis tu ton prends ton vélo. Tu descends la rue de Clery sous le soleil d’automne de Paris Paris, joli. Tu t’achètes un pull à paillettes et l’air te glace doucement les joues. Mais, aujourd’hui tu t’en fou parce que tout est doux.

Et puis voilà, tu tombes malade comme on tomberai amoureux. La vie est une chute. On ne choisi pas ces choses là. Tu te demandes « pourquoi moi? ». On te dit que tout ira bien, alors tu y crois. Tout ira bien. Tout ira bien. Tout ira bien. En attendant t’es nue comme un ver sous ta couverture chauffante dans un bloc opératoire avec une fille dans les vapes à côté des toi et une aiguille grande comme ta main plantée dans le bras. Mais on te l’a dit : tout ira bien, alors tu y crois plutôt deux fois qu’une. De toute façon t’as pas vraiment le choix.

Sinon j’ai fait une vitrine pour la sortie de mes affiches chez Sergeant Paper.
Et un shooting photo avec un chouette fleuriste qui s’appelle Saison.

 

 

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zeen Social Icons